Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 16:07

Minuscule, les oreilles aux aguets, rouquine, elle court le long de la galerie couverte. Entre les parapluies, les chaises du salon de thé...
En d'autres temps elle aurait hésité, se serait arrêtée sous une table afin de guetter les miettes de macarons poire-vanille tout en regardant les nouveaux tableaux colorés de l'atelier d'art, mais à cet instant précis, elle est assez pressée.
Elle est poursuivie par un balai, manoeuvré par une grosse dame toute rouge, essoufflée sur ses courtes jambes. Celle-ci est devenue complétement folle lorsqu'elle a aperçu le reflet de la rongeuse dans le miroir de sa boutique, sur le comptoir, s'apprêtant à découper une écharpe afin de se constituer un nid douillet pour l'hiver.

Le temps de reprendre ses esprits et l'animal diabolique avait filé par la porte ouverte sur le hall.
Mais, elle ne l'emportera pas au paradis son bout de tricot! Attends voir, je te vais me l'applatir la petite horreur!

Guettant la première porte ouverte où se faufiler, Miss Trotinette fonçait droit devant elle, se glissant entre les passants qui ne la voyaient pas, tant elle était petite et véloce. Notre commerçante n'ayant pas pris la peine de mettre ses lunettes ne retrouva pas son ennemie, qui avait trouvé refuge sous un chapeau cloche rouge dans la vitrine de la modiste.

Celle-ci ayant vu entrer l'abominable bête s'était mise à hurler comme si l'enfer s'ouvrait sous ses pieds.

La vie d'une souris est courte en ce bas monde. Si ce n'est pas un balai, c'est un piège, de la mort en poudre, ou la crise cardiaque.

Comment voulez-vous faire de vieux os dans un environnement aussi hostile, où la moindre de vos apparitions suscite des hurlements hystériques, des courses poursuites folles, et le jet incontrôlé d'objets en tout genre? le coeur finit par lâcher!


Miss Trotinette reprit sa fuite entre les casquettes et les bérets.

Je l'ai vu disparaître dans un coin de la boutique, derrière le meubles des gants.
J'aurais aimé entrer pour connaître la suite.

Mais je préfère me dire qu'elle a sauté dans un trou du plancher, rejoint son nid et qu'elle tricote des mouffles pour l'hiver.

Que voulez-vous, j'ai trop lu Béatrix Potter.



Partager cet article

Repost 0
Published by Antigone - dans Après nous - le déluge.

Présentation

  • : Chroniques des jours ordinaires...et des autres
  • : Chronique quotidienne des aventures minuscules d'un être humain en proie... à lui-même. Billets d'humeur sur les temps qui courent, le monde qui tourne comme il peut, vous, moi, nous quoi!
  • Contact

Recherche

Liens