Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 13:09

ACTE III.

Scène 1 :

 

Quelques mois plus tard.Une nuit, le cimetière.Faible lumière tremblotante.

Véronique et Jacques s’affairent dans un caveau.


Jacques, marmonnant : Je e om’en a ourquoi u e va a lu ite !

Véronique : Quoi ? Qu’est-ce que tu marmonnes ? Articule enfin ! Ce n’est quand même pas compliqué ! Tu ne m’aides pas tu sais !

Jacques, crachant la lampe de poche qu’il tenait entre les dents répète :

Je ne comprends pas pourquoi tu ne vas pas plus vite ! Tu n’as qu’à dégrafer la chaîne !

Véronique : Etant donné que tu éclaires le plafond du caveau je ne suis pas prête à trouver quelque chose !

Jacques, indigné : Excuse-moi de ne pas pouvoir regarder la dépouille de ma mère !

Véronique, agacée : Si tu ne bougeais pas constamment avec cette lampe, il y a longtemps que j’aurais trouvé le fermoir ! Ce n’est quand même pas compliqué : tu orientes le faisceau en dirigeant la lampe avec ta langue ! et puis, tu n’as qu’à fermer les yeux ! J’ai caché le visage avec un torchon ; quelle fillette tu fais !

Elle se mord les lèvres sachant qu’elle l’a blessé, ce ne sont pas des plaisanteries à faire depuis l’opération. Sois plus assuré sur tes bras s’il-te-plaît, le couvercle n’est pas suffisamment soulevé.

Jacques, récupérant la lampe et la coinçant d’un côté de sa bouche tente de soulever le couvercle plus haut, mais il vacille lorsqu’il regarde vers l’intérieur du cercueil.

Je ne peux pas !

Véronique, excédée : Jacques, j’ai eu la patien-, elle se corrige, la décence d’attendre que le temps passe, donc fais cet effort pour moi à ton tour : aide-moi à récupérer cette croix en diamants qui n’a rien à faire ici !

Un silence. Jacques semble réfléchir.

Véronique, reprend d’une voix doucereuse qui ne masque cependant pas son agacement : Clémence et Antigone ont réussi à vous convaincre de cette ineptie pharaonique le jour de l’enterrement, imitant ses nièces « Cette croix est le symbole de mamie, elle ne l’a jamais ôtée, nous devons la lui laisser !» Aucun sens commun ces gamines ! Là où elle est, ta mère n’en a plus besoin ! Alors que moi, elle se reprend, nous, un silence, bref !

Enfin, si tu n’avais pas oublié de m’en parler avant la descente au caveau, nous n’en serions pas là... Il y a longtemps que cette saleté serait vendue en pièces détachées !

Jacques, la lampe tremblotante : Que dis-tu ?

Véronique, se reprenant : …il y a longtemps que cette antiquité serait vendue… Poussant un cri de victoire. Ça y est ! Je l’ai ! Dirige un peu la lampe par ici !

Jacques : C’est étrange, on dirait la croix de Compostelle qu’Emmanuel lui avait ramené il y a quelques années !

Véronique, tétanisée : C’est la croix de Compostelle !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Antigone - dans Si Dieu veut...

Présentation

  • : Chroniques des jours ordinaires...et des autres
  • : Chronique quotidienne des aventures minuscules d'un être humain en proie... à lui-même. Billets d'humeur sur les temps qui courent, le monde qui tourne comme il peut, vous, moi, nous quoi!
  • Contact

Recherche

Liens