Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 16:52

Juillet.

            Emmanuel, Antigone et Clémence ont apporté des affaires : une bibliothèque avec quelques ouvrages, dont des albums photos, une commode pour ranger le linge, et un guéridon avec un vase. Tout le monde a trouvé ce déménagement ridicule et inutile, Colombe la première.

Electre grommelle qu’il faudra tout récupérer bientôt et que cela ne mérite pas tant de dérangement. Une vraie perte de temps ! Enfin, la fin de vie de quelqu’un ne nécessite pas autant d’attentions parce que justement, c’est la fin, que vanité tout est vanité et qu’on s’est donné bien assez de mal comme ça toute notre vie à supporter, non!

Colombe est convaincue qu’on va la ramener chez elle, ce n’est pas possible autrement, on ne peut pas la laisser ici, maintenant qu’elle va mieux, et que le temps des roses approche. Elle le sait. Cela ne sert à rien de l’installer, de recréer cet ersatz d’intimité.

Et puis, il y a cette ombre qui vient tourner dans sa chambre la nuit, et qui ouvre son placard en proférant des choses étranges.

Au bout de quelques jours, Colombe a compris que sa fille n’œuvrait pas dans son sens et s’est résignée. Elle feuilletait les albums et rejoignait Emile, souvent Victoire et maman.

"Oh, maman, pourquoi m’as-tu abandonnée maman ? Pourquoi ne m’as-tu pas gardé avec toi ? Quelle vie et pour quel résultat ? Viens me chercher ! Qu’attends-tu ?"

 

Elle reprenait vite le cours de ses pensées silencieuses ne supportant pas l’idée qu’un autre résident puisse l’entendre.

Si Dieu veut… C’est donc qu’Il le veut. Il cautionne cette fin. Je mérite d’être ici. Je mérite d’être ici ?

On ne ferme pas les portes dans les maisons de retraite, trop d’organisation. Cela implique donc qu’on ne puisse jamais être assuré de sa tranquillité. Les infirmières et les aides entrent sans frapper pour effectuer leur protocole, et on doit se régler à leur ballet particulier, bannir toute forme de spontanéité et surtout devoir être ramené au rang d’handicapé, de vieillard impotent devant sa famille, ses amis, tous.

 

Et puis tout le monde peut venir dans votre chambre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Antigone - dans Si Dieu veut...

Présentation

  • : Chroniques des jours ordinaires...et des autres
  • : Chronique quotidienne des aventures minuscules d'un être humain en proie... à lui-même. Billets d'humeur sur les temps qui courent, le monde qui tourne comme il peut, vous, moi, nous quoi!
  • Contact

Recherche

Liens